Le P2P en baisse ? Sans blague ?

C’est en cette belle matinée d’été que Pcinpact rapporte le cri de guerre de Pascal Nègre.

Passons sur les propos de ce dernier, propos que je qualifie de « bouffonnerie », et infligeons un high-kick fatal à leurs maigres certitudes de commercial aveuglé et désemparé par la révolution internet.

Petits rappels

P2P: « peer to peer » -> technologie de transmission de données « de pair à pair », donc d’ordinateur à ordinateur sans serveur central.

Pascal Nègre: Président d’Universal Music France, vice-président d’Universal Music International.

Universal Music: filiale du groupe Vivendi

Médiamétrie: institut de sondage et mesure d’audience spécialisé dans les médias dont l’internet, la radio, la télévision

HADOPI: « Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet »: autorité chargée de la répression douce envers les internautes diffusant des œuvres sans autorisation sur les réseaux eDonkey/eMule et Bittorrent

Principe de riposte graduée Hadopi: relevé suivi d’effets, premier avertissement par email (adresse donnée par le FAI ou renseignée à la souscription), second par courrier recommandé si récidive dans les 6 mois, troisième par courrier recommandé et saisie éventuelle du parquet si récidive dans les 12 mois

Internet: ensemble de réseaux informatiques interconnectés à l’échelle mondiale, basé sur ARPANET (réseaux interconnectant les universités américaines à partir des années 70), technologie pensée pour permettre la transmission de données sans point central (résistance à des bombardements atomiques)

Web: réseau standardisé sur le protocole HTTP (type TCP sur port 80), transmission serveur-client centralisée, protocole monosource à chunks linéaires, très souvent utilisé conjointement au protocole DNS. Principaux clients: Internet Explorer, Mozilla Firefox, Google Chrome, Opera,..

DNS « domain name system »: protocole de résolution de nom de domaine, requêtes serveur-client centralisé, standardisé avec paquets type UDP sur port 53. Principaux clients: service BIND, pile réseau du système,..

eDonkey/eMule: réseau P2P à bootstrap (initialisation) et recherche centralisés sur des serveurs, protocole multisources à chunks désordonnés et liste d’attente bloquante, forte proportion de débit montant limité. Principaux clients: eMule, iPhant, aMule, Shareaza, eDonkey, MLDonkey, …

EDK-KAD (Kademlia): réseau P2P à bootstrap et recherche décentralisés à partir de peers connus, principale application: surcouche pour eDonkey/eMule.

BitTorrent: réseau P2P à bootstrap décentralisé à partir de peers (la table DHT), protocole multisource à chunks désordonnés et liste d’attente à équilibrage de débit, débit montant peu souvent limité. Principaux clients: BtTorrent/µTorrent, Transmission, Vuze, Deluge, ABC..

Freenet (mode opennet): réseau P2P à bootstrap décentralisé à partir de peers connus, protocole multisource à chiffrement multicouche et routage sur distance minimum des paquets, auto-équilibrage des connexions en fonction du débit montant alloué, identification cryptographique forte des paquets et non-inclusion de clés de déchiffrement, stockage réparti entre peers. Principaux clients: Freenet « Fred » (implémentation officielle), Winny (dérivé de Freenet 0.5)

À l’attaque !

Considérons l’étude de la HADOPI en date de mars 2012.

  • 95% des titulaires d’accès à l’internet avertis une première fois ne se font pas attraper une seconde fois dans les délais prévus (6 mois)
  • 92% des titulaires d’accès à l’internet avertis une seconde fois ne se font pas attraper une troisième fois dans les délais prévus (12 mois)
  • 98% des titulaires d’accès à l’internet avertis une troisième fois ne se font pas attraper une quatrième fois dans les délais prévus (12 mois)

D’où conclusion: « La réception d’une recommandation Hadopi entraîne un changement de comportement chez la très grande majorité des destinataires. »

Si les chiffres sont exacts, je suis d’accord 🙂 Problème, juste au dessus:

« UN NET RECUL DU TÉLÉCHARGEMENT ILLÉGAL EN FRANCE »

Là, pas d’accord du tout  👿 Qui dit changement de comportement ne dit pas détournement du « téléchargement illégal ». D’ailleurs faites attention: seule la mise à disposition est sanctionnée, jamais le téléchargement. Soyez assuré que mon père fait partie des 95%, il a changé son comportement: désormais il extrait ses musiques des vidéos téléchargées de Youtube et Dailymotion 😉 Et d’ailleurs depuis il échange beaucoup plus d’œuvres avec ses collègues de bureau, autant dire que la Hadopi ça le fait bien rire (enfin pas trop, quand je lui rappelle combien ça coûte au contribuable). Et on se fournit en clés USB ailleurs qu’en France, pour s’assurer de ne pas payer le moindre centime en « droit copie privée » (vol Copie Privée, oui).

Ensuite: « En 2011, un ensemble de mesures – quelles que soient leurs méthodes – atteste d’une baisse du P2P et de ses usages illicites en France. »

Là ça devient marrant. Nielsen parle d’une baisse « d’audience » de 17%, quand Médiamétrie-Netratings parle de 29%. Déjà faut être fondamentalement con pour associer le mot « audience » à P2P, ça illustre à merveille la méconnaissance du sujet.

Peer Media Technologies: -43% de mises à disposition illicites, -66% selon l’ALPA. Encore un bel écart, donné par des tiers ayant un intérêt direct à grossir les chiffres (sans mise à disposition illicite massive, l’ALPA ne serait plus financée et disparaîtrait).

Maintenant, les méthodes:

  • IFPI/Nielsen: « Audience des sites proposant des liens vers des fichiers et applications P2P ». Vous voyez tout de suite le problème: on ne mesure pas le nombres d’utilisateurs des réseaux P2P, mais le nombre de visiteurs sur les sites web proposant des liens pour télécharger des fichiers sur les réseaux P2P. Les deux ne sont pas liés, surtout pour les réseaux proposant une fonction de recherche intégrée. Tiens d’ailleurs c’est marrant: le graphique est déjà en tendance à la baisse AVANT l’entrée en activité de la Hadopi, depuis la tendance étant à une stagnation avec légère baisse. Ce qu’on peut en conclure ? Que les internautes se détournent du P2P.. pour autre chose ? Pendant ce temps l’audience des sites de « téléchargement direct » a littéralement explosé. Hasard ? Je ne crois pas.
  • Médiamétrie/Netratings: « Audience de 4 écosystèmes P2P ». Sont considérés µTorrent, BitTorrent, eMule et Limewire. Problème: on parle de « visiteurs uniques »… ne me dites pas qu’ils ont bêtement mesuré  l’audience des sites officiels desdits logiciels ? De plus cela me semble assez clair: ils parlent de clients et non de protocoles. Sinon ça aurait été « Bittorrent, eDonkey-Kademlia et Gnutella ». Là encore la baisse (moins marquée) est déjà entamée avant période observée.
  • Peer Media Technologies: leur méthodologie est bizarre: ils ont pris des films, ils ont mis en seed et ils ont regardé combien de connexion sont faites pour télécharger ? Mais pourquoi parler de « mise à disposition », alors ? Et la baisse serait elle également expliquée par le fait que les blocs IP de cette entreprise sont bannis des clients P2P ? La baisse à partir de 2011 est la même que pour les autres études, une bête migration vers le téléchargement direct..
  • ALPA/TMG: « Évolution en millions de téléchargements effectués ». Même remarque. Là c’est encore pire car les blocs IP de TMG sont bannis (filtres PeerGuardian).

Chiffres Hadopi (étude sur 1500 internautes en ligne):

  • « 1 sur 3 déclare que l’Hadopi l’incite à consommer plus régulièrement des œuvres culturelles sur des sites respectueux du droit d’auteur. »  -> et si on faisait on sondage pour voir si les sondés savent reconnaître un site respectueux du droit d’auteur d’un site qui ne l’est pas ? Sachant que même Youtube viole le droit d’auteur en outrepassant le droit patrimonial des utilisateurs sur leurs vidéos ? Et savent-ils seulement ce qu’est le droit d’auteur, et quel est le code juridique qui le définit ? 😈
  • « 71% des utilisateurs de peer-to-peer déclarent qu’ils arrêteraient de télécharger des contenus illicites s’ils recevaient une recommandation de l’Hadopi. » -> 29% qui ont les c0uilles de dire le contraire, c’est bien.

Détails sur la méthodologie:

  • user-centric: déclaration des internautes, ou mesure volontaire par logiciel mouchard.. hahaha ! « Faites vous des excès de vitesse en plein centre ville ? »
  • network-centric: nombre de peers, mesure de flux par DPI

Ce que cite Pascal Nègre

Pas évident de savoir de quel chapeau PN tire son « audience de 4 millions » du P2P. Le panel Médiamétrie tourne plutôt dans les 3 millions, en décembre 2011. Nielsen est un peu au dessus des 4 millions pour le même mois. PN semble d’ailleurs penser que les internautes sur les sites « légaux » ne sont pas les mêmes que sur les réseaux P2P: grave erreur ! Rappel: les plus partageurs sont les plus consommateurs (source: Hadopi !). Et puis rappelons bêtement que l’étude porte que jusqu’en décembre 2011, et on est fin juin 2012.

Mais les chiffres, les chiffres ! Il faut en donner, à tout prix, sinon la Hadopi sera crue inefficace ! J’adore le culte du chiffre sorti du chapeau pour éviter de remettre les choses en question 🙂

Les propos de Pascal Nègre

« À l’arrivée, il s’est passé ce que l’on avait dit depuis le départ : sur 1 million d’emails envoyés, 95 % des gens arrêtent. Les gens ne veulent pas d’emmerdes… Et sur ceux qui remettent ça, la centaine de milliers de lettres recommandées, il y en a à nouveau 90 % qui arrêtent »

« À l’arrivée, il reste trois autistes et cinq énervés. Alors les autistes, il faut leur parler ; et les énervés, il faut leur foutre un coup sur la gueule, ça les calme »

Je me suis simplement fendu d’un « @PascalNegre, bouffon des temps modernes » sur Twitter/Identica. Rappel Wikipedia: « Le bouffon, fou du roi, ou fou est un personnage comique, dont la profession était de faire rire les gens. ». J’avoue, j’ai bien ris. Moi, je ne me permettrais jamais de tabasser mes clients en espérant qu’ils reviennent acheter des choses chez moi. Une toute autre conception du capitalisme 🙄

Sur ce, je continue à préparer mon partage pour Direct Connect. 😈 😈  😈