Lave-vaisselle DIY

Une des caractéristiques communes des personnes qui travaillent dans le numérique est celle de la haine envers les tâches périodiques et répétitives à effectuer manuellement.

Et avec un brin de fibre hacker, la problématique de cette tâche répétitive devient un défi avec comme résultat une solution efficiente voire originale.

Contexte: je vis dans un appartement de petite taille, avec un emplacement en cuisine qui force à faire un choix: machine à laver, ou lave vaisselle. C’est ce premier équipement qui occupe la place. Donc jusqu’à récemment, j’ai été dans la contrainte de devoir laver manuellement ma vaisselle, une fois par semaine. Une tâche très répétitive et vraiment peu passionnante qui me prenait plus d’une heure, surtout à cause du couple couteau + fourchette (~4 par jour = 28 objets à frotter).

Ma quête pour un lave-vaisselle format mini a été de courte durée: vu sa taille, c’est mon combi four+micro-ondes qui aurait dû être relégué ailleurs. Vu que c’est surtout les couverts qui m’empoisonnent la vie, quid d’une nettoyeuse aux ultrasons ? Si telle machine est tout indiquée pour nettoyer lunettes, verres de montre et autres pièces de monnaie, je n’en ai pas trouvé de taille suffisante pour y mettre des couverts.

Bref, il me fallait hacker le système et créer mon propre lave vaisselle.

Lave vaisselle: the basics

Un lave vaisselle est une machine qui:

  • chauffe de l’eau (~70-90°C)
  • mélange l’eau à un détergent non moussant
  • asperge la vaisselle avec cette eau
  • se vidange et rince la vaisselle
  • tombe parfois en panne et requiert des réparations onéreuses
  • fait du bruit, de la lumière, des SMS de notification de fin de cycle et autres terreurs pour chats

Puisque j’ai de l’eau chaude (à ~60°C selon mes mesures), que je peux trouver sans difficulté du détergent dans le commerce (et il y a pléthore de recettes de produit vaisselle DIY sur le net), et que je dispose d’un lavabo pouvant faire office de compartiment lave-vaisselle, il me fallait un appareil convertissant de l’énergie électrique (prise 230V) en énergie cinétique (courant d’eau pour nettoyer la vaisselle). Créer un maelstrom.

Faut que ça bouge

Mon idée initiale était simple: les bateaux utilisent le principe d’action-réaction pour avancer, en propulsant de l’eau au moyen d’une hélice afin de bouger dans le sens inverse.

Un ventilateur ? Non, il me fallait un truc submersible, un mini-moteur hors-bord. … autant dire que ce qui s’en approchait le plus sur Amazon c’était une turbine à pile pour bateau Playmobil, à l’hélice 10 fois trop petite pour actionner un volume d’eau suffisant.

Par la magie des objets similaires de la catégorie aquariophilie, Amazon me suggérait une pompe submersible.

Ça me séduisait: je vérifiais débit d’eau, alimentation, longueur de câble, usage « prévu », résistance à l’encrassage,…  Et ça tenait la route. Ce genre de pompe est normalement utilisé pour propulser l’eau hors d’un étang pour créer une fontaine, ou remonter l’eau au sommet d’une petite cascade, drainer des conduits, ….  avec une pression jusqu’à 2 bar. J’achetais.

Test et résultat

Mode opératoire:

  1. mettre dans le lavabo les couverts sales
  2. remplir le lavabo d’eau chaude jusqu’à immerger tous les couverts
  3. placer la pompe contre une paroi, mettre en marche
  4. ajouter le détergent
  5. laisser la magie opérer durant quelques heures

Et ça fonctionne ! La vaisselle en ressort plus brillante que jamais et il me suffit de les prendre par poignées entières et les rincer à grande eau, puis laisser sécher à l’air. Plus propre qu’avec une éponge surtout dans tous les petits interstices.

Mon eau chaude étant moins chaude que dans un lave-vaisselle « mainstream », je compense par une durée de lavage plus longue et une dose un peu plus forte en détergent (conso moindre en électricité contre surdosage en détergent, je pense que ça reste écologiquement avantageux face à un lave vaisselle).

La pompe étant conçue pour résister à des débris végétaux et autres impuretés d’aquarium, elle résiste sans mal aux quelques miettes détachées (et au delà du grain de riz c’est stoppé par le filtre de l’entrée d’eau).

En orientant bien la pompe je crée un tourbillon/maelstrom qui fait passer le détergent dans les moindres recoins et amène les miettes et autres saletés dans son milieu pour qu’ils s’y posent, loin de la vaisselle.

Au fil de mes utilisations, j’ai observé que les ventouses de la pompe adhères parfois mal aux parois (moins lisses que du verre), et donc la pompe repose au fond du lavabo. Afin de palier à tout risque d’inondation, je veille à remplir suffisamment le lavabo pour que, dans l’éventualité où la pompe se détacherait et s’orienterait jet d’eau vers le haut, le flux soit amorti et ne parvienne pas hors du lavabo. En plaçant la pompe contre le fond, je lui laisse virtuellement aucune chance à ce que le flux soit vertical en cas de détachement.

Voilà, à la prochaine et restez hackers 😉