Faire joujou avec ICE et PIPCU

Coucou les loulous 🙂

Vous ĂȘtes webmestre, vous aimez blaguer avec vos visiteurs pendant quelques minutes ? VoilĂ  un article pour vous 🙂

Pointer ses DNS vers les IP

Sans doute la méthode la plus simple. Choisissez votre parfum:

  • 74.81.170.110  →  toute saisie gĂ©nĂ©rique de l’ICE (par dĂ©faut c’est copyright, mais cette IP retourne un message adaptĂ© selon domaine pour de la contrefaçon, des jeux de paris en ligne, du blanchiment d’argent…)
  • 83.138.166.114  →  page de PIPCU (Police Intellectual Property Crime Unit), c’est un truc anglais
  • 108.61.54.157   →  saisie pour diffusion de contenus pĂ©dopornographiques de l’ICE

Je vous conseille fortement de placer votre domaine chez CloudFlare ou autre service de CDN / protection:  c’est mieux s’il fait l’intermĂ©diaire entre vos visiteurs et ces IP 😉

Comment j’ai trouvĂ© ça ? Celui de PIPCU c’Ă©tait passĂ© sur TorrentFreak il y a pas longtemps, tandis que le reste: un googlage:

 intitle:"This domain name has been seized by ICE"

HĂ© oui, c’est ce qui arrive quand on saisit des domaines Ă  la chaĂźne avec le mĂȘme modĂšle de message 😉

HĂ©berger les pages

Vous pouvez tout Ă  fait « wget –mirror » un domaine saisi pour ensuite hĂ©berger sur votre serveur web la page en question, en prenant soin de configurer votre Apache/Lighttpd/Nginx/Cherokee pour qu’il rĂ©ponde toujours ça, selon regexp 🙂

Quelques exemples sur mon wiki

La requĂȘte Google montrĂ©e ci-dessus vous aidera Ă  dĂ©couvrir d’autres pages de saisies ICE. Allez bien dans les pages profondes du Google, en prĂ©fĂ©rant les WOT rouges 🙂  Attrapez les tous !

Ouais ok c’est marrant, mais…

J’avoue qu’on joue ici avec quelque chose de bien triste, voire horrible: la saisie de noms de domaines Ă  la discrĂ©tion des autoritĂ©s. Ces saisies font le plus souvent fi d’une quelconque dĂ©cision de justice et souvent ce n’est mĂȘme pas Interpol qui agit, mais les agences fĂ©dĂ©rales amĂ©ricaines (par exemple si le bureau d’enregistrement ou les serveurs DNS se situent sur le territoire des USA). La saisie ICE la plus cĂ©lĂšbre Ă©tant bien sĂ»r Megaupload, avec le possible retour de flamme dans la gueule du FBI et des autoritĂ©s nĂ©o-zĂ©landaises.

Ces saisies autoritaires justifient l’utilisation de darknets ou de rĂ©seaux dĂ©centralisĂ©s, le problĂšme ne s’en retrouve que dĂ©placĂ©. En attendant, cette mĂ©canique bien rodĂ©e pourrait ĂȘtre Ă©tendue aux sites d’opposition, aux blogs, aux logiciels libres Ă©ventuellement. MĂ©fiance !