Fact checking: FN et extrême droite

Marion Anne Perrine Le Pen dit « Marine Le Pen » semble s’agacer que l’on puisse la qualifier elle ou sous parti comme faisant partie de « l’extrême droite », menaçant de procès quiconque braverait l’interdit. Petit rappel pour les retardataires, « Marine » cumule les mandats suivants:

  • conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais
  • députée européenne

Saluez l’interdiction du cumul de mandats pour être eurodéputé-e, ce qui explique pourquoi elle préfèrerait rester conseillère sans rechercher la présidence du conseil régional. Par contre elle accumule les mandats dans le temps, avec des conseils régionaux, municipaux, des candidatures aux législatives, aux présidentielles…  bref partout où son image serait positive pour la défense de ses idées et celles de son parti. Ah oui au passage: elle est présidente d’un parti conservateur nationaliste eurosceptique: le Front National.

Vous noterez dans son cursus d’études une maitrise en droit ainsi qu’un DEA en droit pénal. Oui ça remonte à loin et je conçois tout à fait qu’elle n’a pu mettre à jour son expertise du droit, comme l’illustre sa « menace ». Menace qui, comme elle le sait très bien, ne restera qu’une menace un peu simplette dans la mesure où ses arguments sont inexacts, voire faux.


Un peu d’histoire

Le « clivage »  gauche-droite date d’il y a fort longtemps: la jeunesse de la république française. L’assemblée était alors composée de révolutionnaires d’un côté, et de royalistes de l’autre. Par le fruit du hasard, les premiers ont choisi de siéger ensemble du côté gauche de l’hémicycle, les seconds du côté droit. Révolutionnaires faisant lentement place à socialistes et républicains, et royalistes faisant place à conservateurs et libéraux. La noblesse et le clergé fussent encore représentés « à droite » un certains temps, avant que leur nombre devienne une forte minorité.

Le schéma politique des assemblées le plus répandu dans le monde se découpe ainsi:

  • tout à gauche: communistes, marxistes (leitmotiv: « tout appartient au peuple à parts égales » et « partage du travail »)
  • à gauche: socialistes, écologistes (leitmotiv: « l’Etat au service du peuple » et « préservation de la planète »)
  • à droite: conservateurs, libéraux (leitmotiv: « stabilité » et « progrès industriel »)
  • tout à droite: nationalistes, royalistes/cléricaux (leitmotiv: « la nation avant tout » et « c’est Dieu qui le veut »)

La France n’a été que la première avec ce schéma issu du hasard. Si les révolutionnaires et royalistes avaient interverti leurs sièges, ça aurait été l’inverse. Bien sûr ces tendances sont aussi génériques que possible, il y a mille variantes et courants politiques à placer dans l’hémicycle, ou dont l’idéologie est mixte. Par envie de faire simple, on dit alors que ce mouvement est « de centre » ou « autre ».

De façon pragmatique, un parti est d’extrême droite quand ses élus sont assis tout à droite dans l’hémicycle selon le point de vue du président de l’assemblée.


L’Assemblée Nationale actuelle

source: site officiel

assemblee

Détail: les élections législatives n’ont été que parfois à la proportionnelle. Actuellement, ces élections sont au suffrage universel direct à deux tours (tour 1 à majorité absolue, tour 2 à « duel »). Ce système avantage grandement les grands partis politiques, ceux qui -oh surprise- ont adopté et défendent ce système.

L’Assemblée Nationale accueille 577 élus. Si les élus étaient choisis à la proportionnelle, l’assemblée compterait par exemple:

  • 4 élus du Parti Pirate
  • 27 élus d’Europe Écologie – Les Verts
  • 103 élus du Front National

En l’état, on a:

  • 0 élus du Parti Pirate
  • 17 élus d’Europe Écologie – Les Verts
  • 2 élus du Front National

Vous avez relevé un « petit problème » n’est-ce pas ? Pourquoi y a t-il autant de députés écologistes pour si peu frontnationalistes ? La réponse est simple: EELV a négocié avec le PS afin que ses candidats soient soutenus soit par alliance soit par triangulaire favorable. Oui vous avez bien lu: pour être représenté à l’assemblée, un petit ou moyen parti doit plier l’échine devant un grand parti.

Les 2 élus aux couleurs du Front National, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, ne font pas partie d’un groupe parlementaire. Ils sont donc « non-inscrits ».

Les « non-inscrits » sont en 2 parties:

Au milieu:

  • Sylvie Andrieux, dont le PS a retiré l’investiture à cause d’une mise en examen pour détournement de fonds publics (elle a été condamné pour cela mi-2013)
  • Véronique Besse, du Mouvement Pour la France (parti souverainiste)
  • Nicolas Dupont-Aignan, de Debout la République (parti « gaulliste »)
  • Jean Lassalle, du Mouvement Démocrate (une sorte de centre)
  • Gilles Bourdouleix, ex-Union des Démocrates et Indépendants (une autre sorte de centre)

Si les élections étaient à la proportionnelle, il y a fort à parier que dans ce lot de « non-inscrits au milieu » on compte les 4 élus du Parti Pirate.

En haut à droite, un autre lot de « non-inscrits »:

  • Jacques Bompard, qui se dit « au dessus des partis » (ancien du Front National et du Mouvement Pour la France, maintenant Ligue du Sud.. bref)
  • Marion Maréchal-Le Pen, envoyée par le Front National là où elle serait facilement élue, plus jeune député de la république française, famille tout ça
  • Gilbert Collard, avocat à l’argument plus médiatique que juridique, il n’est pas militant au Front National -juste ami de la famille

L’emplacement des groupes parlementaires

Règlement de l’Assemblée Nationale, article 22:

Après constitution des groupes, le Président de l’Assemblée réunit leurs représentants en vue de procéder à la division de la salle des séances en autant de secteurs qu’il y a de groupes, et de déterminer la place des députés non inscrits, par rapport aux groupes.

Le président de l’Assemblée, c’est Claude Bartolone.

Les représentants des groupes sont:

  • SRC Socialiste, républicain et citoyen: Bruno Le Roux
  • UMP Union pour un Mouvement Populaire: Christian Jacob
  • UDI Union des démocrates et indépendants: Jean-Louis Borloo
  • Écologiste: François de Rugy
  • RRDP Radical, républicain, démocrate et progressiste: Roger-Gérard Schwartzenberg
  • GDR Gauche démocrate et républicaine: André Chassaigne

Ouais, que des hommes au génome XY. Ensemble, ils ont donc décidé que les non-inscrits seront « ici et là ». Et puisqu’on ne veut pas casser les traditions, on place les groupes selon le schéma ancestral.

Vois-tu, Marine: si l’emplacement des sièges de Marion Maréchal et Gilbert ne te plait pas trop, c’est pas à la presse qu’il faut le dire. Mais à Claude Bartolone. En effet, en tant que président de l’assemblée, il peut décider une redistribution des groupes parlementaires, et donc leur place dans l’hémicycle. Mais personnellement, je doute qu’il veuille donner suite à tes caprices si tu lui demandes de parquer ton équipe de choc du côté tout à gauche. Chiche ?

CQFD. La députée aux couleurs familiales et l’ami de la famille sont à l’extrême droite dans l’hémicycle, par la volonté du président de l’assemblée et des représentants de groupes. Il n’y a pas de quoi en faire tout un plat, si ? Pas ma faute si les français sont cons au point de réfléchir « gauche ou droite » au lieu d’examiner l’idéologie, on connait ça au Parti Pirate.

Une réflexion sur « Fact checking: FN et extrême droite »

Les commentaires sont fermés.