À bouffer pour tous: Arthrospira

(Spirulina par Joan Simon, licence GFDL/CC by-sa)

Voici Arthrospira. Division cyanobacteria du règne bacteria. En clair: une cyanobactérie.

Attention aux clichés: pas toutes les bactéries sont mauvaises pour nous, humains. Loin de là !

Vous qui ignorez peut-être que la levure que vous mettez sur vos nouilles c’est en réalité des champignons unicellulaires, laissez-moi vous raconter ce qu’on peut faire avec arthrospira, aka « spiruline ». Cultivez-en: eau stagnante peu profonde exposée au Soleil, eau alcaline (pH 10) maintenue à 30-35 °C. Filtrez, égouttez, lavez, séchez: vous obtenez une poudre verte. Avec cette poudre vous faites ce que vous voulez (un pain spécial, des gâteaux, des comprimés, ..). Toujours est-il que vous devrez bien doser malgré son goût de champignon: en effet, c’est très riche. Votre steak haché pur bœuf c’est 20% de protéines ? Ce machin monte jusqu’à 70%.

10 grammes suffisent pour faire un plein journalier en vitamines A, B12 et K, ainsi qu’en fer. Oh bien sûr c’est pas les seuls trucs qui a dedans.

Mais alors qu’il est très simple de vous convaincre de vous shooter à ça (oui ça se mange, essayez pas de fumer ça), une chose qu’il me semble important à détailler c’est sa culture.

Comme toutes bactéries ça se multiplie à toute allure dans de bonnes conditions: ainsi donc on arrive à 20 grammes par mètre carré et par jour. Vous avez bien lu: sur un mètre carré, il y a de quoi subvenir aux besoins nutritifs de deux humains en fer vitamines A B12 et K chaque jour. Le rapport surface cultivée versus apports nutritifs surclasse de très loin celui de légumes, eux-même surclassant de loin le bétail. D’où la question: pourquoi on s’emmerde à élever et tuer des animaux si on peut produire des aliments aussi rentables ?

Petit rappel sur l’élevage d’un bœuf:

  1. souvent pour accélérer les choses les vaches se font inséminer artificiellement
  2. souvent les vaches assurent leur grossesse avec un espace vital équivalent à la surface au sol d’un tourniquet automatique de supermarché
  3. on laisse pas le temps à la vache d’accoucher: au jour près le veau est sorti de force du ventre (par une sorte de césarienne latérale, beurk)
  4. le veau n’a même pas encore ouvert les yeux qu’il quitte définitivement sa mère et est grossi au lait surcarburé aux hormones
  5. bien sûr rapidement le veau est castré: sinon ça fait un taureau et pas un bœuf*
  6. pendant au moins 2 ans faut engraisser le bœuf… et ça en bouffe, de la nourriture !
  7. transport de la bête, abattage, découpe, conditionnement, livraison,.. ça coûte !

*NB: la désignation industrielle « viande pur bœuf » désigne aussi bien de vrais bœufs, des vaches en fin de vie et des taureaux.. souvent mélangés

Ah oui: la bouffe du bœuf faut la produire aussi. Maïs, herbe, « farine de restes de poisson » pour les dégueulasses, .. Et faut de l’eau aussi, beaucoup d’eau potable. Et ses excréments, faut les évacuer. Et.. et… et…  La liste n’en finit pas.

Voilà pourquoi la viande coûte cher, et coûtera de plus en plus cher, et pourquoi il est presque souhaitable d’avoir de la viande artificielle sur le marché. Oui, de la viande artificielle: des fibres musculaires « produites en éprouvette ». Pourquoi -presque- souhaitable ? Parce que ça serait ménager le palais des mangeurs de viande, alors que l’on peut produire en plus grande quantité des aliments très respectueux de l’environnement et très riches en nutriments: la spiruline par exemple.

Ainsi donc je verrais bien l’alimentation du futur ainsi:

  • tous les nutriments nécessaires au corps humain dans la concentration de matière première la plus concentrée possible
  • le tout dans un « enrobage » pauvre, dont l’unique intérêt est de couper la faim (sinon on boufferait du hyperconcentré au kilo, ça serait très mauvais)

Détail: la production mondiale actuelle en blé suffit à alimenter plusieurs fois l’ensemble des 7 milliards d’humains que nous sommes. Pourtant, seuls ~2 milliards ont une alimentation satisfaisante. Et oui: on préfère gaspiller les récoltes plutôt que les vendre à bas prix ou les offrir aux pays qui en ont le plus besoin. Logique humaine…

Mangez bien, mangez mieux, mangez assez 🙂

12 réflexions sur « À bouffer pour tous: Arthrospira »

  1. « tous les nutriments nécessaires au corps humain dans la concentration de matière première la plus concentrée possible le tout dans un « enrobage » pauvre, dont l’unique intérêt est de couper la faim »

    Ah c’est sur que ça a l’air délicieux =)

    Hélas, on ne peut pas raisonner sur l’alimentation uniquement en terme de nutriment.

  2. Il m’avait semblé lire des choses très proches à propos d’algues (la chorella, si mes souvenirs sont bons). Et qu’il était même très facile de les produire soi-même.

    Après l’auto-hébergement, l’auto-nutrition des geeks 🙂

  3. Attention pour la B12 c’est « plutôt faux ». En effet la spiruline contient de la B12 mais un analogue non utilisable par le corps. Je suis moi-même Vegan donc bien au courant sur la problématique de la B12 😉

    1. Bon à savoir, tu saurais donner des détails équivalents sur d’autres méthodes alternatives comme le tofu ou les algues cités ci-dessus?

      J’aime ça le steak, mais je sens très probable l’invasion de viande « imprimée en 3D » synthétique et délicieusement juteuse comme la vraie. Après, sans toutes les hormones et autres déchets naturels présents dans le sang, ça risque d’avoir moins de goût… mais vu le prix de la viande là où je vis, ça serait pas un drame.

      Référence pour la viande : http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2167586/Micro-printing-breakthrough-lead-lab-grown-steaks-texture-real-ones–vegetarians-tuck-in.html

      Ces mecs impriment en fait une « grille » de sucre sur laquelle viennent « naturellement » se greffer des cellules de vaisseaux sanguins qui grandissent en se nourrissant du sucre pour former des vaisseaux voire artères artificielles, permettant donc la création d’organes en 3D en y faisant pousser des structures plus complexes. On pouvait par exemple déjà créer de la peau dans une boîte de pétri, l’idée est simplement de rajouter une dimension au concept histoire d’imprimer des organes entiers… donc des muscles ou des foies si besoin.

      Dans tous les cas, c’est un bon plan d’utiliser des bactéries ou des algues pour enrichir ce genre de produit – je ne sais d’ailleurs pas d’où vient la vitamine D qu’ils rajoutent dans les yaourts et le lait, ni les autres nutriments ajoutés dans d’autres types de nourriture.

  4. Merci pour l’article. 😉

    Espérons juste que le capitalisme s’écroule assez vite pour lancer ces idées à grandes échelles.

  5. Hahaha ! Et hop, nous voilà dans The Matrix, dans le monde réel ! ^^ Je pense particulièrement à la scène dans le Nebuchadnezzar avec toute l’équipe.

    La « soupe » affreuse à voir et au goût, qui « apporte tous les minéraux et nutriments essentiels dont le corps à besoin. » (Dozzer)

    Mouse: « Il y a d’autres besoins essentiels » x) Oh que oui ! 😀

    Mais s’il faut du soleil, comment on va faire lorsque le ciel sera recouvert par l’humain, pour empêcher la progression des machines contrôlées par l’IA ?

  6. Dans le même genre, il y a les insectes 🙂

    ça prend peu de place et ça bouffe pas des quantitée nourriture ( en tout cas moins que les bovins ). C’est aussi bon en protéine que la viande. Bon c’est un peu ragoutant dans l’esprit européen/américain de bouffer un insecte, mais si no amis asiatiques le font, bah ça doit pas être forcement mauvais !

    D’ailleurs, on fait des sachets de sauterelles grillées qui se mangent un peu comme des chips 🙂

  7. Une petite erreur

    s/Oh bien sûr c’est pas les seuls trucs qui a dedans./Oh bien sûr c’est pas les seuls trucs qu’il y a dedans./

Les commentaires sont fermés.