3D: la vision croisée

Vous avez déjà expérimenté le cinéma 3D, technologies bicouleur, obturateurs et polarisées ? Vous êtes ressortis du cinéma avec le nez endolori et une envie de gerber ? Rassurez-vous: il est possible de faire des images 3D autrement 🙂 Le seul petit désavantage: il faut un peu d’exercice et d’habitude. Car pour « activer la vue 3D », faut quelques secondes.

Réaliser une image ou vidéo 3D en vision croisée est très simple: il suffit de juxtaposer deux images sous un angle légèrement différent, en ajoutant un repère « de calibration ». Encore un truc que j’ai appris de 4chan.

Exerçons nous avec la vidéo de Norman: « Nous, les imberbes« . Passez en mode 3D « sans lunettes » méthode « Vision croisée ». Vous devriez obtenir ceci:

Vous voyez les deux points blancs au dessus de la vidéo ? C’est ça que j’appelle le « repère de calibration »: c’est grâce à ces points que vous pourrez ajuster précisément votre vision pour obtenir une « troisième vidéo » au centre, superposant les deux parties pour former une perception en 3D.

Rassurez-vous, vous n’y arriverez pas bien avant quelques minutes de pratique.

Dans l’idéal il faut que les deux parties soient « bien séparées » de la « partie centrale virtuelle ». N’hésitez donc pas à mettre en plein écran pour ne pas devoir vous retrouver à 10 cm de l’écran. Asseyez vous confortablement et évitez de bouger.

Une fois en plein écran: louchez. Jouez sur votre « force de louchage » jusqu’à superposer les points. Oula, je vais vous faire un dessin.

Voici la vision normale:

Voici la vision quand vous louchez:

Du coup quand vous louchez un peu fort, ça fait un truc un peu comme ça voilà:

Bien sûr je ne peux que simuler en jouant avec des calques et l’opacité, mais en louchant vous devez obtenir ceci:

L’image du milieu vous apparaîtra en 3D. Si vous voyez à peu près ceci, soyez contents: vos yeux sont correctement tournés, « calibrés ». Manque plus qu’un détail, un détail de poids: la focalisation. Après tout, l’image en 3D c’est mieux quand elle est bien nette.

Pour des vidéos c’est plus facile que pour des images car le mouvement aide à « guider » la focalisation. Donc une fois les deux parties bien superposées grâce aux points, essayez de les garder superposées et regardez la vidéo. Après 2-3 secondes, votre vue devrait se focaliser toute seule et vous aurez une image bien nette et en 3D. Je vous rassure: garder le bon louchage et la bonne focalisation est facile tant qu’il y a quelque chose à voir et que vous ne bougez pas trop 🙂 (vous pouvez avancer et reculer la tête, mais doucement).

Vous pouvez avoir besoin d’une dizaine de minutes pour acquérir cette compétence de super-Jedi, relancez la vidéo si besoin. Mais en tout cas vous pouvez y arriver, vous n’avez besoin que de 2 yeux, vous n’aurez pas envie de vomir et vous n’aurez pas de trace sur le pif. Et c’est comme le vélo, ça vous restera à vie 😉

Exercice pratique

Je vous en ai fait un, à partir d’un extrait de l’épisode 1 de Bakemonogatari. Assez simple: c’est une scène où la « caméra » tourne autour de Hitagi. Il suffit donc de prendre des captures d’écran à quelques trames d’écart. Superposez les astérisques et voilà 🙂 C’est moins facile qu’avec une vidéo mais tout à fait faisable. Si c’est réussi, vous verrez Hitagi et les sous-titres « flotter » au dessus du décor. Un peu comme si Hitagi et les sous-titres étaient projetés sur une vitre, à travers laquelle vous voyez le décor à l’arrière plan.

(cliquez pour agrandir)

Louchez bien 😀

5 pensées sur “3D: la vision croisée”

  1. Bon, je suis pas arrivé à quoi que ce soit de satisfaisant mais le moins pire que j’ai réussi à faire consistait à utiliser un cure-dent pour pointer le bon point de manière à ce que chaque œil individuellement ait un pointage sur le point sur je regarde le cure dent. Puis regarder le cure-dent en portant son attention sur le fond mais le résultat n’est pas fameux.

  2. Perso je trouve la vision 3D beaucoup plus fatigante que la vision parallèle.

    Il n’est pas possible d’inverser les deux images destinées à une vision croisée pour en faire une image destinée à la vision parallèle ?

    Sinon il y a toujours la vision « magic-eye », mais le rendu des couleurs est pratiquement impossible…

  3. C’est beaucoup plus facile et beaucoup plus net quand on a naturellement du strabisme divergent quand même. 😀

    Le problème c’est d’arriver à le contrôler quand on est fatiguée.

Les commentaires sont fermés.