Lave-vaisselle DIY

Une des caractéristiques communes des personnes qui travaillent dans le numérique est celle de la haine envers les tâches périodiques et répétitives à effectuer manuellement.

Et avec un brin de fibre hacker, la problématique de cette tâche répétitive devient un défi avec comme résultat une solution efficiente voire originale.

Contexte: je vis dans un appartement de petite taille, avec un emplacement en cuisine qui force à faire un choix: machine à laver, ou lave vaisselle. C’est ce premier équipement qui occupe la place. Donc jusqu’à récemment, j’ai été dans la contrainte de devoir laver manuellement ma vaisselle, une fois par semaine. Une tâche très répétitive et vraiment peu passionnante qui me prenait plus d’une heure, surtout à cause du couple couteau + fourchette (~4 par jour = 28 objets à frotter).

Ma quête pour un lave-vaisselle format mini a été de courte durée: vu sa taille, c’est mon combi four+micro-ondes qui aurait dû être relégué ailleurs. Vu que c’est surtout les couverts qui m’empoisonnent la vie, quid d’une nettoyeuse aux ultrasons ? Si telle machine est tout indiquée pour nettoyer lunettes, verres de montre et autres pièces de monnaie, je n’en ai pas trouvé de taille suffisante pour y mettre des couverts.

Bref, il me fallait hacker le système et créer mon propre lave vaisselle.

Lave vaisselle: the basics

Un lave vaisselle est une machine qui:

  • chauffe de l’eau (~70-90°C)
  • mélange l’eau à un détergent non moussant
  • asperge la vaisselle avec cette eau
  • se vidange et rince la vaisselle
  • tombe parfois en panne et requiert des réparations onéreuses
  • fait du bruit, de la lumière, des SMS de notification de fin de cycle et autres terreurs pour chats

Puisque j’ai de l’eau chaude (à ~60°C selon mes mesures), que je peux trouver sans difficulté du détergent dans le commerce (et il y a pléthore de recettes de produit vaisselle DIY sur le net), et que je dispose d’un lavabo pouvant faire office de compartiment lave-vaisselle, il me fallait un appareil convertissant de l’énergie électrique (prise 230V) en énergie cinétique (courant d’eau pour nettoyer la vaisselle). Créer un maelstrom.

Faut que ça bouge

Mon idée initiale était simple: les bateaux utilisent le principe d’action-réaction pour avancer, en propulsant de l’eau au moyen d’une hélice afin de bouger dans le sens inverse.

Un ventilateur ? Non, il me fallait un truc submersible, un mini-moteur hors-bord. … autant dire que ce qui s’en approchait le plus sur Amazon c’était une turbine à pile pour bateau Playmobil, à l’hélice 10 fois trop petite pour actionner un volume d’eau suffisant.

Par la magie des objets similaires de la catégorie aquariophilie, Amazon me suggérait une pompe submersible.

Ça me séduisait: je vérifiais débit d’eau, alimentation, longueur de câble, usage « prévu », résistance à l’encrassage,…  Et ça tenait la route. Ce genre de pompe est normalement utilisé pour propulser l’eau hors d’un étang pour créer une fontaine, ou remonter l’eau au sommet d’une petite cascade, drainer des conduits, ….  avec une pression jusqu’à 2 bar. J’achetais.

Test et résultat

Mode opératoire:

  1. mettre dans le lavabo les couverts sales
  2. remplir le lavabo d’eau chaude jusqu’à immerger tous les couverts
  3. placer la pompe contre une paroi, mettre en marche
  4. ajouter le détergent
  5. laisser la magie opérer durant quelques heures

Et ça fonctionne ! La vaisselle en ressort plus brillante que jamais et il me suffit de les prendre par poignées entières et les rincer à grande eau, puis laisser sécher à l’air. Plus propre qu’avec une éponge surtout dans tous les petits interstices.

Mon eau chaude étant moins chaude que dans un lave-vaisselle « mainstream », je compense par une durée de lavage plus longue et une dose un peu plus forte en détergent (conso moindre en électricité contre surdosage en détergent, je pense que ça reste écologiquement avantageux face à un lave vaisselle).

La pompe étant conçue pour résister à des débris végétaux et autres impuretés d’aquarium, elle résiste sans mal aux quelques miettes détachées (et au delà du grain de riz c’est stoppé par le filtre de l’entrée d’eau).

En orientant bien la pompe je crée un tourbillon/maelstrom qui fait passer le détergent dans les moindres recoins et amène les miettes et autres saletés dans son milieu pour qu’ils s’y posent, loin de la vaisselle.

Au fil de mes utilisations, j’ai observé que les ventouses de la pompe adhères parfois mal aux parois (moins lisses que du verre), et donc la pompe repose au fond du lavabo. Afin de palier à tout risque d’inondation, je veille à remplir suffisamment le lavabo pour que, dans l’éventualité où la pompe se détacherait et s’orienterait jet d’eau vers le haut, le flux soit amorti et ne parvienne pas hors du lavabo. En plaçant la pompe contre le fond, je lui laisse virtuellement aucune chance à ce que le flux soit vertical en cas de détachement.

Voilà, à la prochaine et restez hackers 😉

Le futur de hubiC ?

Il y a près d’un mois, j’envoyais le mail suivant au support de hubiC:

Bonjour,

Un récent évènement m’oblige à redéfinir ma politique de sauvegarde et archivage sur les services de stockage cloud: la décision unilatérale par Amazon Drive de révoquer l’accès API au logiciel libre rclone.

J’utilise hubic depuis longtemps (peu après sa création), et hubic reste un service au rapport quantité/prix imbattable (hormis concurrence à stockage « illimité »).

Cependant, hubic évolue peu: la mise en avant commerciale est faible, et l’offre elle-même stagne, me faisant gravement douter de la pérennité du service.

Mais surtout, hubic souffre depuis longtemps de problèmes très handicapants face à la concurrence:

  • débit de transfert limité à 10 Mb/s par IP (en contraste du 360 Mb/s atteint avec Amazon Drive) alors que la fibre optique se démocratise
  • le renommage ou la suppression de grandes quantités de fichiers est extrêmement long (supprimer un dossier de 10000 fichiers: une demi-seconde chez la concurrence, plus d’une heure chez hubic)
  • un hash MD5 ou SHA1 fait cruellement défaut dans l’interface web quand on veut valider l’intégrité des données
  • chaque requête à hubic web déclenche une connexion avec Xiti (alors qu’OVH dispose d’un Piwik maison !), c’est classe uBlock qui signale 850 connexions bloquées quand on veut juste renommer un dossier…
  • un forum de support noyé sous les spams et ressenti comme étant à l’abandon
  • de manière générale, un support focalisé sur le maintien en condition opérationnelle plutôt que sur l’amélioration visible du service

Tout cela est très dommageable pour hubic, alors qu’il reste une excellente solution pour ne pas confier ses données privées à Google/Amazon/Microsoft/Apple/Dropbox et nettement moins cher que Yandex Disk ou Backblaze.

Dans ce contexte, quelles sont les ambitions futures d’OVH au sujet de hubic ? Faites-moi rêver 😉

À ce jour, aucune réponse 🙁  je crois bien qu’ils ont /dev/null.

N’empêche: hubiC a réellement du potentiel, et les défauts que j’ai listé sont loin d’être insurmontables. Sauf que voilà: un service qui ne titille pas la concurrence depuis un certain temps, c’est un service dont on peut se dire « un beau matin ils vont vouloir se focaliser sur un truc plus rentable/stimulant, et donc mettre fin à ce service, peut-être même sans prévenir ».

Cette incertitude me fout franchement des sueurs froides. Depuis des semaines j’ai un VPS qui copie mes archives de hubiC vers Backblaze B2, mais cette copie n’est pas encore finalisée.

Autant pour mes sauvegardes les plus critiques, j’ai 6 exemplaires disponibles (dont 3 hors site)…  mais mes archives titillant les 2 To de poids, bah là elles sont que chez hubiC. Et je serais super triste si je les perdais: de la japanimation difficile à trouver de nos jours, des ISOs, mes jeux GOG/Humble Bundle, …

Et… bruit oblige, si je voulais tout fourrer dans mon NAS, il me faudrait des disques 2.5 pouces bien gras… et chers. Minimum 4 To, soit autour de 250 € l’unité actuellement, et il m’en faut deux pour mon RAID 1. Ça pique trop, et il me faudrait ré-investir rapidement à cause du volume croissant (comparé aux 10 To confortables de hubiC, et le tarif progressif de B2).

Bref, je souhaite que hubiC fasse un petit geste pour confirmer qu’ils sont encore là, et pour encore un bon bout de temps.


EDIT:

  • 10/07:  je rencontre un problème: lors de la suppression d’un fichier, je reçois une « 500 internal error ». Je contacte le support.
  • 13/07: silence radio. j’envoie un DM au Twitter de hubic.
  • 17/07: le CM fait remonter. plus tard, je reçois par mail une demande de précisions. je réponds.
  • 18/07: remontée aux administrateurs
  • 02/08: aucun retour. je relance.
  • 07/08: remontée aux administrateurs
  • 09/08: ils relancent les admins
  • 16/08: le problème est encore là
  • 26/08: problème résolu par moi-même. J’y croyais pas du tout mais j’ai voulu tenter avec une synchro → remplacement du fichier → suppression avec un NAS… et ça a réussi !

Caméra de sécurité avec smartphone

Après avoir lu l’article de Numérama à propos de AtHome, une app Android permettant de faire une caméra de sécurité avec un smartphone, j’ai fait quelques tests et… n’ai pas été très satisfait·e. J’y vois surtout l’utilité pour « garder un œil » sur Bébé pendant son dodo dans sa chambre tout en restant sur le canapé au salon. Les fonctions d’enregistrement etc sont payantes, bien sûr.

Alors j’ai cherché et testé d’autres applications, et ce qui répondait le mieux à mes attentes est IP Webcam couplé avec Filoader.

La configuration est relativement facile mais très complète, il faut nécessairement tester (notamment pour vérifier si la batterie tient la charge !). Tout dépend du smartphone, donc je ne peux que détailler ma config:

  • téléphone Samsung Galaxy S II
  • résolution 640 x 480
  • format vidéo MKV (OpenH264 + Opus)

L’application  intègre un serveur web, on peut donc consulter la caméra avec un navigateur web, ou VLC, ou plein d’autres options. C’est notamment très pratique pour tester le calibrage de la détection de mouvement ou audio. Flash, vision nocturne, focus, zoom, capture photo, … très pratique. NB: l’accès n’est pas protégé par mot de passe !

 

dfgs

Bon, étape suivante. L’application découpe les enregistrements en séquences de 60 minutes horodatées. Quel est mon besoin ? Je veux mettre en place un dispositif contre les cambriolages. Le flux est trop lourd pour un envoi via internet (j’ai pas la fibre), ça fait du ~100 ko/s montant en permanence, et surtout… une caméra d’intérieur, on veut vraiment pas que ça atterrisse sur un serveur extérieur qu’on ne contrôle pas.

J’ai un serveur NAS, mais dans l’hypothèse d’un cambriolage il se ferait embarquer aussi. Et laisser les enregistrements sur le téléphone implique devoir périodiquement le manipuler. La meilleure solution: .. la Freebox. Il y a de bonnes chances qu’un cambrioleur s’en désintéresse, et elle contient un serveur FTP, et un contrôle parental pour refuser tout accès internet au téléphone. Très bien ! Toutes les heures, le téléphone envoie les enregistrements par FTP sur la Freebox.

À raison de ~300 Mo par heure de jour, et ~50 Mo par heure de nuit, ça nous fait… environ 6 Go d’enregistrements par jour en moyenne. Avec 240 Go dispo dans la Freebox, ça nous fait facilement 1 mois d’archives.

En outre, j’intègre dans mon script de sauvegardes une petite fonction à base de curlftpfs et find pour supprimer les fichiers de plus de 6 jours. Vu que j’exécute ce script manuellement, j’ai pas à craindre de vidange automatique malheureuse d’enregistrements intéressants.

Enfin… dissimuler le téléphone. Pour ce faire, j’ai utilisé un petit carton dans lequel j’ai percé un trou pour l’objectif, et dans sa face intérieure j’ai collé une pochette bricolée dans laquelle je glisse le téléphone. J’ai aussi coupé un « canal » au cutter pour faire passer le câble du chargeur en dessous et derrière le carton, d’où il descend un meuble jusqu’à la prise électrique. Discret, anodin, efficace 🙂  Période d’observation et test, vérifier si le téléphone surchauffe pas, s’il consomme moins que la vitesse de charge de la batterie, …

Et voilà ^^

Note de fin: c’est un sentiment un peu bizarre, je me sais « observé » par une caméra même si c’est moi qui en ai le contrôle. J’ai mis cela en place dans l’hypothèse d’un cambriolage sachant que je m’en voudrais d’avoir eu la possibilité technique d’avoir la tronche de l’auteur, le cas échéant. Et pourtant. Je sais mon sentiment complètement irrationnel, sachant que tout smartphone allumé est un potentiel micro-caméra espion contenant pléthore de capteurs divers et données pouvant servir à traquer la vie privée de l’utilisateur, et un smartphone allumé, bah.. j’en ai un de toute manière.